Donner à entendre de jeunes compositeurs et interprètes

Donner à entendre de jeunes compositeurs et interprètes
16 déc. 2019

Les scènes nationales investissent le champ de l’art dans toutes ses composantes. 

Ce sont également tous les genres qui sont abordés à la Scène nationale d’Orléans, qui propose au public à travers le Cycle Beethoven et la modernité de découvrir ou redécouvrir tout au long de la saison l’intégral des quatuors du compositeurs.

Une intégrale des quatuors confrontés aux compositeurs d’aujourd’hui, le Quatuor Diotima a choisi de célébrer Beethoven pour les 250 ans de sa naissance et de faire entendre l’intégrale de ses quatuors, l’un des sommets de la musique de chambre occidentale.
Après une première soirée  Beethoven et la modernité le 10 octobre 2019 consacrée à deux des derniers Quatuors, la soirée du 17 décembre offre une première incursion dans le reste du corpus beethovénien interprété par le Quatuor Abreu : un quatuor issu de la première période (opus 18 n° 4) et un quatuor de la période médiane, Les Harpes. C’est une pièce du compositeur Andreas Tsiartas, chypriote, étudiant à la prestigieuse Université de York, qui complète le programme. Andreas Tsiartas et le Quatuor Abreu sont tous issus de la promotion 2019 de l’Académie Diotima qui offre chaque année à de jeunes compositeurs et de jeunes interprètes l’occasion unique de se rencontrer dans le cadre privilégié de l’Abbaye de Noirlac, centre culturel de rencontre, pour travailler ensemble autour des écritures nouvelles pour quatuor à cordes.

Share