Des scènes nationales alter et mondialistes

Des scènes nationales alter et mondialistes
11 mars 2019

Dans le cadre de l’Effet Scènes du 16 février au 16 mars 2019

Les scènes nationales sont aussi bien tournées vers leur territoire qu’actives dans les réseaux internationaux. Elles participent à la mobilité artistique mondiale en invitant et en exportant les compagnies qui traduisent nos différentes sensibilités en expression universelle. Des regards nouveaux pour mieux se situer et participer ensemble à une émancipation réciproque.

Programmation d’un spectacle québécois à Bourges

Des situations banales, poussées dans leurs retranchements extrêmes, c’est Logique du pire, un spectacle signé par deux artistes québécois, l’auteur Étienne Lepage et le chorégraphe Frédérick Gravel qui sera joué du 12 au 15 mars à la Maison de la Culture, Scène nationale de Bourges. Inspiré de l’essai éponyme du philosophe français Clément Rosset, ce spectacle rend la philosophie du tragique accessible et drôle en proposant un éventail de cas concrets. Il s’agit, ni plus ni moins, de dissiper l’idée de tout bonheur et d’affirmer en toute conscience le tragique. Sur le plateau où trône un canapé vert — couleur maudite au théâtre, rappelons le — cinq comédiens, racontent, au fil de séquences rythmées, avec désinvolture et sur un ton badin, des situations en apparence anodines qui dégénèrent jusqu’à l’irréparable. Allant d’anecdotes en démonstrations, le pire se révèle un puissant corrosif philosophique sur notre rapport au monde. C’est cru sans être vulgaire, irrévérencieux et follement drôle. De la philosophie à la sauce québécoise, on en redemande !

Jeudi 14 mars à l’issue de la représentation, le public pourra rencontrer l’équipe artistique dans le cadre d’un « bord de plateau »

Voyages musical Orient-Occident

Jordi Savall, violiste catalan, grand nom des musiques anciennes, compositeur de bandes originales de films (Tous les matins du monde) est aussi un citoyen du monde, conscient, actif. En compagnie de l’exceptionnelle oudiste et chanteuse syrienne Waed Bouhassoun et de musiciens méditerranéens, il propose avec  Orient-Occident  une traversée le mardi 12 mars à 20h30 au TAP, Scène nationale de Poitiers, de pièces musicales et vocales savantes et populaires, espagnoles, grecques, turques, syriennes… La mer intérieure, passeuse des hommes et des arts, a de tout temps fait naviguer les chants et les instruments, à cordes ou à vents, les modes et les écritures. La musique ne connaît pas l’exil, elle n’est que voyage.

Une œuvre tournée vers l’autre et vers l’ailleurs

Musicienne de toutes les expériences, Ève Risser développe aujourd’hui une œuvre tournée vers l’autre et vers l’ailleurs. Kogoba Basigui est ainsi né de rencontres avec des griots et des musicien(ne)s à Bamako. Nourrie par l’énergie de guérison des mélodies maliennes, la pianiste a composé de nouvelles pièces pour son Red – anciennement White – Desert Orchestra. En deuxième partie du concert prévu le samedi 16 mars 20h au 2 scènes, Scène nationale de Besançon, elle invite sur scène le Kaladjula Band, composé de six musiciennes et de la chanteuse Nainy Diabaté. Au final, un grand chœur amateur bisontin viendra encore amplifier la puissance d’une musique sensorielle, en équilibre entre exigence artistique et générosité.

Share