Journal de confinement des scènes nationales l N°14

Journal de confinement des scènes nationales l N°14
08 déc. 2020

Les scènes nationales restent à l’écoute des artistes, du public et de la population en mettant en place diverses actions montrant leur soutien à la création artistiques et leur inscription dans la vie de leur territoire. Ce “journal de bord” vous propose quelques exemples d’actions et de projets menées au sein des équipements du réseau des scènes nationales. Tous les jours, retrouvez la vie dans “nos maisons”.

Actuellement, et depuis fin octobre, Le Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon et La Passerelle, scène nationale de Gap vivent au rythme des artistes, du développement de leurs créations et du maintien du lien avec les publics.

Résidences d’artistes au Le Grand R

De nombreux artistes et compagnies ont été accueillis sur la scène du Grand R dans le but de parfaire leur création et de pratiquer comme le Birgit Ensemble pour le spectacle Roman(s) national, la compagnie Grizzli pour Le Garçon à la valise, la compagnie S’poart pour la création Butterfly et Anne Courel pour son spectacle S’engager.

D’autres périodes de travail ont été essentielles à la préservation de la création artistique et au maintien du lien avec la population. Ces temps de travail ont permis de mettre en place des premières de spectacles et des rencontres avec les professionnels, la diffusion via Facebook, des projets participatifs à distance, des diffusions dans les salles de classe ou encore des projets solidaires.

Le Grand R retourne à l’école

Contraint d’annuler et de reporter en février 2021 les représentations de Centaures, quand nous étions enfants, pièce mise en scène par Fabrice Melquiot, et dans laquelle jouent Camille et Manolo, fondateurs du Théâtre du Centaure, le Grand R a décidé d’inviter le chorégraphe Heddy Maalem et Manolo a répéter sur scène durant 15 jours.

Cette résidence a été l’occasion de travailler la création de leur prochain spectacle Sortir de la nuit (titre provisoire) et de mettre en place une semaine de “Surgissements” dans les écoles yonnaises et au sein d’un IME de l’agglomération. En effet, il y avait un véritable désir de créer une présence hors les murs et de surprendre les élèves en apparaissant dans leur cours de récréation.

© Manolo du Théâtre du Centaure dans les écoles 

C’est accompagné de ses chevaux que Manolo est intervenu, improvisant ainsi une danse et créant un instant de magie et d’émotion partagé avec les enfants, les enseignants et l’ensemble du personnel des écoles.

Les Intimités artistiques proposées à Gap

Depuis le début du confinement, il est proposé aux artistes, contraints d’annuler leurs représentations, d’inventer des rendez-vous virtuels en sons et en images à destination du public. L’objectif est de partager leur création pour garder le contact et donner un avant goût de leur oeuvre. De la pièce radiophonique à la lecture de textes, en passant pas l’écoute d’extraits musicaux et l’interprétation de quelques scènes, neuf intimités artistiques ont été diffusées sur la page Facebook de la scène nationale et sur les ondes des radios partenaires telles que Fréquence Mistral, la RAM 05 et RCF Alpes-Provence.

La dernière intimité artistique en date est celle du 2 décembre, il s’agit d’une vidéo de David Wahl autour du spectacle Histoires de fouilles. Toutes les propositions faites durant ce confinement sont aujourd’hui en ligne sur le site web de La Passerelle.

© Margaux Eskenazi, Loup Abibou et Armelle Balthazar
pour la création Et le coeur fume encore

Mon île d’enfance

Un projet participatif autour de l’exposition photographique Ile d’enfance d’Arja Hyytiäinen a également été construit. Cette exposition est proposée dans la galerie de la scène nationale de Gap mais n’a pas eu la chance de connaitre le succès voulu, au vu de la situation. La Passerelle, souhaitant mettre en regard le travail de la photographe, a invité, celles et ceux qui le désiraient, à raconter “leur île d’enfance” via une vidéo, une photo, un dessin, un texte ou encore un son. L’idée est de partager un moment de vie, un souvenir, de manière poétique.

Le projet a été lancé le 4 décembre mais il est possible de déposer sa proposition jusqu’au 4 janvier 2021 sur le site web de La Passerelle. Une fois les propositions récoltées, elles seront diffusées tous les jeudis sur les réseaux sociaux du théâtre et auront la chance d’être exposées lors du vernissage de clôture de l’exposition, le vendredi 8 janvier prochain.

Résidences d’artistes

La scène nationale de Gap a également ouvert ses portes, du 21 octobre au 12 décembre, aux artistes désireux de répéter leur création.

  • Du 21 au 10 novembre, Anaïs Muller et Bertrand Poncet de la compagnie Shindo ont travaillé sur la création Là où je croyais être il n’y avait personne.
  • Du 23 au 27 novembre, dans le cadre du dispositif régional « Plateaux solidaires », Antoine Le Ménestrel, de la compagnie Lézards Bleus, en résidence pour la création Fidèle à la terre, fidèle au corps.
  • Du 2 au 7 décembre, Roman Jean-Elie et Lucie Grunstein de Prémisses production ont investit La Passerelle pour travailler leur spectacle La Langue des oiseaux dans le noir.
  • Du 8 au 12 décembre, Cécile Brochoire et Pierre Laneyrie ont eu la possibilité de travailler autour de leur création Burnout.
  • Au même moment, du 8 au 12 décembre, Paul Pascot, de la compagnie Bon qu’à ça, était en résidence pour la création de La Faille de Serge Kribus.
Share