Journal de confinement des scènes nationales l N°16

Journal de confinement des scènes nationales l N°16
10 déc. 2020

Les scènes nationales restent à l’écoute des artistes, du public et de la population en mettant en place diverses actions montrant leur soutien à la création artistiques et leur inscription dans la vie de leur territoire. Ce “journal de bord” vous propose quelques exemples d’actions et de projets menées au sein des équipements du réseau des scènes nationales. Tous les jours, retrouvez la vie dans “nos maisons”.

Les résidences des Scènes du Jura

Depuis le début du confinement, plusieurs artistes ont été invités à pratiquer au sein des Scènes du Jura à lors de résidences artistiques.

  • Leïla Martial, chanteuse, vocaliste, compositrice, et artiste complice de la scène nationale de Lons-le-Saunier, est d’abord venue travailler son projet solo Solarium au théâtre de Dole, puis a quitté ces planches pour rejoindre celles du théâtre de Lons-le-Saunier afin de travailler, avec son trio Baa Box, autour d’une nouvelle proposition scénographique, imaginée par Ben Farey, et sur la création de tenues de scène faites par Pauline Kocher. Une sortie de résidence, réservée aux professionnels, a eu lieu le 2 décembre dernier.

  • Le comédien, metteur en scène et artiste complice des Scènes du Jura, Kheireddine Lardjam, a été convié a avancer la création de son nouveau spectacle La quête de l’absolu (le soufisme de Djalâl ad-Dîn Rûmî) sur la scène de Saint-Amour.

  • Muchmuche Compagny qui a commencé sa résidence le 30 novembre au théâtre de Dole.
  • Léa Ostermann de la compagnie 24 Carats qui également commencé sa résidence le 30 novembre au théâtre de Lons-le-Saunier.

© Kheireddine Lardjam en résidence
 

Des “apéros en complicité avec…”

Les Scènes du jura ont imaginé un temps d’échange et de partage, sous forme de visioconférences, avec les artistes qui devaient être accueillis, ou qui sont, en résidence. Le rendez-vous a lieu chaque semaine à 19h, depuis le début du confinement, l’occasion pour ceux qui le souhaitent de partager un moment avec les artistes. Plusieurs apéros ont déjà eu lieu :

  • Le 6 novembre avec l’auteur et comédien Sylvain Levey qui devait être accueilli pour son spectacle Gros.

  • Le 16 novembre avec Leïla Martial qui était, au même moment, en résidence à La Fabrique de Dole.

  • Le 27 novembre avec Kheireddine Lardjam qui était en résidence à Saint-Amour. Lors de cet apéro, le comédien et metteur en scène était accompagné de la scénographe Estelle Gautier et du musicien Fayçal Salhi.

  • Le 1er décembre avec les chorégraphes et directeurs de VIADANSE – Centre chorégraphique nationale de Bourgogne-Franche-Comté, Héla Fattoumi et Éric Amoureux. Ils devaient être accueillis pour leur création Akzak.

Le prochain rendez-vous se tiendra le 11 décembre en compagnie de Franck Micheletti, chorégraphe et membre du collectif des artistes complices. Ce dernier devait également être être accueilli par la scène nationale de Lons-le-Saunier pour son spectacle Something is wrong.

Actions culturelles dans les établissements scolaires

Divers artistes et compagnies se sont rendus dans les établissements scolaires de la région afin de partager un moment de création avec les élèves. La compagnie L’envers du décor a travaillé avec les élèves du BTS Design de Produits du Lycée Jacques Duhamel de Dole et du DN MADE Spectacle – Costumes de scènes du lycée Mont Rolland. Le but de cette action était de confier aux élèves la création de costumes et d’accessoires pour le spectacle Mister Tambourine Man. Le spectacle sera d’ailleurs joué en mai prochain à Conliège.

La comédienne et metteuse en scène Céline Châtelain a proposé des ateliers de travail de jeu théâtral aux élèves du Collège Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier afin de les guider dans la création de leur propre spectacle dans l’espace public. Pour rappel, l’artiste avait joué son spectacle Nos Sommets, en mars dernier, à Vannoz.

© Action avec les élèves du DN MADE Spectacle

 

Aussi, Sylvie Jobert, metteuse en scène du spectacle Gens du pays, a animé plusieurs ateliers théâtre au CFA du Jura, à Gevingey. Les élèves ont eu l’opportunité de travailler l’interprétation du texte et restitueront leur travail en janvier 2021 sur la scène de Lons-le-Saunier.

Autre action culturelle, celle de Charlotte Nessi, metteuse en scène du spectacle Le petit Chaperon Rouge. C’est lors d’un atelier de sensibilisation, en amont de la représentation qui aura lieu en janvier au théâtre de Dole, que l’artiste a pu rencontrer les élèves de l’école primaire Wilson à Dole. Cette action culturelle est en partenariat avec Myriam Lacroix, du Conservatoire de Dole, qui est également musicienne intervenante sur les projets musicaux à l’école.

Marine Mane, artiste complice des Scènes du Jura, participe au projet Scènes Buissonnières aux côtés de son équipe artistique composée du plasticien Vincent Fortemps et de la danseuse Clémence Dieny. Les élèves de CM2 et de 6ème des Rousses ont été embarqués dans un parcours entre découverte du spectacle Les Poupées et ateliers de pratique artistique. Ils deviennent alors metteurs/metteuses en scènes, scénographes et chorégraphes dans le but de créer leur propre version des Poupées. Suite à cela, les interprètes de la compagnie présenteront cette version du spectacle en public, en mars 2021, dans le cadre du temps fort Y mettre du sien, à Lons-le-Saunier.

Également dans le cadre de ce temps fort, Franck Micheletti aura une carte blanche autour de l’Afrique. Le chorégraphe est intervenu, à son tour, au CFA du Jura auprès d’élèves en restauration. L’objectif est de les immerger dans son propre univers afin qu’ils puissent le reproduire dans leur pratique professionnelle et ainsi participer et présenter leurs propositions culinaires lors du temps fort Y mettre du sien.

© Projet les Scènes Buissonnières

 

Aménagement des Scènes du Jura

L’équipe de la scène nationale profite du confinement pour repenser la décoration et la signalétique de ses Théâtres en compagnie des artistes Isabelle Jobard et Chloë Aliénor. Tout est prévu pour accueillir le public dans de parfaites conditions à partir du 15 décembre prochain.

Une correspondance hebdomadaire à La Garance

Lors du premier confinement, l’idée d’un journal hebdomadaire est née à la scène nationale de Cavaillon. Intitulé “Canard confit.né”, le nom a désormais évolué pour se transformer en “Canard déconfi.né”. Cette initiative a pour but de garder le liens avec les publics en leur transmettant les actualités que ce soit, sur l’activité de la scène nationale, sur les spectacles et actions annulés, sur les artistes associés, sur les résidences en cours ou à venir ou encore sur l’équipe. C’est sous diverses formes que passent ces informations, il peut s’agir de photos, de vidéos, de mots de la part, par exemple, des artistes qui devaient être programmés ou qui souhaitent simplement adresser un message aux spectateurs.

Ce canard déconfi.né se décline sur différents médias que ce soit la newsletter, le blog, la page Facebook de La Garance ou son compte Instagram. Une interview à ce sujet a également été faite sur France Bleu Vaucluse.

 

Accueil d’artistes en résidence

Si la scène nationale de Cavaillon est actuellement fermée, le plateau est lui resté ouvert aux artistes en résidence ou pour répéter ou pour capter leurs projets en vidéos.

  • Du 6 au 17 novembre, Cyril Cotinaut, artiste compagnon de La Garance et membre du T.A.C. Théâtre, était présent au sein de la scène nationale pour créer une captation vidéo de son spectacle et finaliser la création Hamlet Requiem. Il devait normalement présenter son spectacle pour la première fois les 19 et 20 novembre à Cavaillon.

  • Du 19 au 24 novembre, Elise Vigneron du Théâtre de l’Entrouvert s’est accaparée le plateau de La Garance pour une reprise de rôle sur le spectacle L’enfant, qui a été crée en 2018, et pour une captation vidéo.

© Élise Vigneron en résidence

Les artistes en résidence se sont également prêtés au jeu du “Canard déconfi.né”, leurs interventions sont à retrouver sur le blog de la scène nationale.

 

Représentations dédiées aux professionnels

Dans le souci de porter un regard sur les créations des artistes, la scène nationale de Cavaillon organise des représentations uniquement dédiées aux programmateurs et diffuseurs de la Région. Plusieurs se sont déjà tenues :

  • Les 16 et 17 novembre : Hamlet Requiem de Cyril Cotinaut du T.A.C Théâtre.
  • Le 24 novembre : L’enfants par le Théâtre de l’Entrouvert.

 

  • Le 4 décembre : La Dispute par Agnès Régolo de la Compagnie Du Jour au Lendemain à La Garance.
  • Le 4 décembre : Là où je croyais être il n’y avait personne par la compagnie Shindô au théâtre des Halles à Avignon, en co-réalisation.
© Sortie de résidence Harlem Requiem
du T.A.C Théâtre

 

Captations sonores

Divers captations sonores sont en cours de production ou à venir et permettent de montrer la diversité des actions menées au sein de la scène nationales. Aussi, il s’agit là de l’occasion d’entendre des textes rédigés par des stagiaires, des artistes, etc.

La première capsule sonore est à découvrir sur la page Facebook de La Garance.

Share