Journal de confinement des scènes nationales l N°2

Cie Burnout
20 nov. 2020

Les scènes nationales restent à l’écoute des artistes et du public et de la population en mettant en place diverses actions montrant leur soutien à la création artistiques et leur inscription dans la vie de leur territoire. Ce “journal de bord” vous propose quelques exemples d’actions et de projets menées au sein des équipements du réseau des scènes nationales. Tous les jours, retrouvez la vie dans “nos maisons”.

Résidence et concrétisation de projet au Carré

Du 17 au 20 novembre, la scène nationale de Château-Gontier accueille, sur le plateau du Théâtre des Ursulines, la compagnie Burnout pour la création du spectacle REVERSE. Cette oeuvre de la chorégraphe Jann Gallois nait en 2018 avec une distribution composée de cinq danseurs japonais à la Biennale de la danse de Lyon. Suite à cela, une tournée, sur la saison 2018-2019, sera organisée en double plateau avec le talentueux chorégraphe Kader Attou. En 2020, Le Carré devient co-production de la reprise de ce spectacle qui évolue dorénavant avec une nouvelle distribution composée de danseurs français.

Avec REVERSE, Jann Gallois, issue de la danse hip-hop, développe une écriture autour de diverses techniques maitresses de cette danse telles le reverse, le head spin ou encore le chair freeze. Toute cette création évoque l’homme-machine pris dans la mécanique d’un système ordonné pour finalement laisser place à une composition circulaire ou nait progressivement une harmonie collective.

Devant normalement être accueillie le 3 novembre dernier, La Carré décide de recevoir la compagnie Burnout en résidence afin de réaliser une captation vidéo qui sera diffusée au public ainsi qu’aux professionnels du secteurs du 27 au 29 novembre prochains pour la première représentation en ligne. L’Adami apporte son soutien financier à la réalisation technique de ce film promotionnel.

 

 

©Compagnie Burnout

Les Courts-métrages en Liberté retournent en classe !

Les Courts-métrages en Liberté sont réalisés en partenariat avec La Direction des Services Départementaux de l’Éducation nationale, les Centres Sociaux de Toulon, L’ADAPT Var, le Défenseur des Droits et avec le soutien financier de la DRAC PACA, la CAF du Var, l’Acsé dans le cadre de la Politique de la Ville et la PJJ.

Depuis six ans, Châteauvallon-Liberté, scène nationale de Toulon, propose une action de sensibilisation citoyenne auprès des jeunes du territoire via divers ateliers de réalisation de courts-métrages. L’édition 2019-2020 était dédiée à la lutte contre les discriminations liées au handicap, malheureusement les projections et débats publics ont été reportés à deux reprises, la première fois au printemps et plus récemment, le 9 novembre dernier.

La thématique du projet n’est pas anodine et s’inscrit dans la lignée du projet portée depuis son ouverture par le Liberté. En effet, la scène nationale est devenue le lieu culturel le plus engagé en région PACA concernant la question du handicap, obtenant même le label Tourisme et Handicap.

©Vincent Bérenger – Châteauvallon-Liberté, scène nationale

Cependant, le court-métrage de ces jeunes talents sera diffusé sur le compte YouTube et les réseaux sociaux de la scène nationale de Toulon. Les classes et les groupes concernés auront la chance de découvrir leur travail en avant-première et en présence de Charles Berling, direction de Châteauvallon-Liberté, et de Sophia Aram, marraine de cette édition. Deux séances sont organisées :

  • Mercredi 25 novembre, de 10h à 12h, au centre social Toulon-centre, en présence des jeunes qui ont réalisé le court-métrage.
  • Vendredi 27 novembre, de 13h30 à 15h30, au collège Django-Reinhardt de Toulon, en présence des élèves qui ont réalisé le court-métrage.
©Vincent Bérenger – Châteauvallon-Liberté, scène nationale

Pour en savoir davantage, accédez au dossier de présentation

Share