La création féminine mise à l’honneur pour la Journée internationale des droits des femmes

La création féminine mise à l’honneur pour la Journée internationale des droits des femmes
07 mars 2017

Comme chaque année, le 8 mars aura lieu la Journée internationale des droits des femmes, l’occasion de s’exprimer et faire un bilan de la situation des femmes dans le monde. Si ce moment permet de célébrer la femme et ses droits, elle permet aussi aux structures culturelles de valoriser la création féminine et dénoncer les inégalités hommes/femmes dans le milieu culturel et artistique.

Car si les initiatives se multiplient en faveur de l’égalité homme/femme dans ce secteur – par exemple, l’introduction du prix AWARE en 2014, le seul de son genre uniquement dédié aux artistes féminines – les inégalités persistent.

C’est pourquoi certaines directrices et directeurs de scènes nationales dédient un temps de leur programmation sur le sujet. Sur une journée, une semaine ou un mois, sous forme de conférence, d’atelier, de rencontre, ils développent différentes actions mettant en lumière la condition féminine, le soutien aux écritures, à la création, aux parcours artistiques féminins. Un coup de projecteur sur autant de metteuses en scène, de chanteuses, de comédiennes, de chorégraphes, de scénographes ou de réalisatrices etc.

Un exemple illustrant parfaitement cette initiative avec Le Théâtre de Mâcon – scène nationale, qui organise pour sa sixième édition « Mars, le mois des Drôle de Dames ».

Du 07 au 31 mars 2017, des parcours d’artistes au féminin seront mis à l’honneur et cette année se décline autour de l’oeuvre de Simone de Beauvoir. Comme femme et comme artiste, Simone de Beauvoir a en effet été pionnière dans des problématiques qui restent sensibles aujourd’hui. Les deux premiers spectacles de ce moment font explicitement référence à l’auteure du Deuxième sexe.

Qu’il s’agisse du “collectif des Filles de Simone”, qui évoque les affres de la maternité avec tendresse et légèreté ou, plus âprement, le monologue de La Femme rompue interprétée par Josiane Balasko. Les “Drôles de Dames 2017” sont puissantes et s’affranchissent de toutes les lois : des lois de la physique pour le “Groupe Bekkrell” à celles des sociétés patriarcales avec les danseuses de “Bouchra Ouizguen”.

Pour plus d’informations sur “Mars, le mois des Drôles de Dames” : cliquez ici !

theatre-scene-nationale-macon
Share