Soutenir la création artistique : une réalité pour les Scènes nationales

Soutenir la création artistique : une réalité pour les Scènes nationales
18 févr. 2019

Dans le cadre de l’Effet Scènes du 16 février au 16 mars 2019

Le réseau des Scènes nationales favorise les compagnies indépendantes et apporte soutien aux équipes artistiques et à l’émergence dans tous les champs du spectacle vivant.

Dans le cadre de la résidence de production Jazz / Composition musicale aux Gémeaux, Scène nationale de Sceaux, le Quatuor Debussy rend hommage au Maître Claude Debussy à l’occasion du centenaire de sa disparation.

Forts de leurs échanges et de leurs rencontres sur scène, les membres du quatuor proposent pour cela à Franck Tortiller de les rejoindre dans ce projet « hommage » et lui commande une relecture d’un des préludes de Debussy. Pour créer ce nouveau corpus inspiré de l’œuvre de Debussy, une résidence est mise en place : deux jours de création au festival Jazz in Marciac, suivis d’un concert Debussy on Jazz le 19 février. Les artistes, issus de plusieurs cultures musicales, souhaitent profiter de ces temps de création pour explorer des sonorités nouvelles, issues d’une assimilation du riche passé Debussy et unissant aussi bien l’écriture que l’improvisation.

La création est la mission essentielle de la scène nationale à travers l’accompagnement des équipes artistiques et les résidences.

C’est ainsi que du 8 au 17 février 2019 La fin de l’homme rouge mis en scène par Emmanuel Meirieu d’après le romain de Svetlana Alexievitch est créé sur la Scène nationale de Sceaux.

Quand je fais du théâtre, je veux que les spectateurs oublient que c’est du théâtre. Je veux que, dès les premiers mots prononcés, ils croient que celui qui leur raconte son histoire est celui qui l’a vraiment vécu, comme dans un groupe de parole. Qu’ils croient que les acteurs prononcent ces mots-là pour la première fois de leur vie, et qu’ils le font pour eux. Il n’y a qu’au théâtre que le personnage d’une histoire est physiquement présent comme cela devant nous, vivant, dans le même endroit du monde et au même moment, respirant le même air, séparé simplement de quelques mètres de nous. Il n’y a qu’au théâtre qu’il peut s’adresser directement à nous, vous pouvez presque le toucher. Ces personnages de roman devenus des hommes de chair et d’os, des êtres vivants, humains, crèvent le quatrième mur pour se confier à nous, partager leurs émotions. C’est nous qu’il regarde, c’est à nous qu’ils parlent. Ce ne sont plus des monologues de théâtre, ce sont des témoignages, des faits vécus par la personne qui nous les raconte. [Emmanuel Meirieu]

La Scène nationale d’Albi mène une politique volontariste de soutien à la création à travers le déploiement de coproductions et de résidences de création sur une saison artistique.

Cette saison, trois artistes et compagnies sont associées à la Scène nationale (Guillaume Vincent, Emanuel Gat, Daltin trio), six équipes artistiques en résidence sur une cinquantaine de jours en tout ainsi qu’une quinzaine de spectacles co-produits comme Retour à Reims de Thomas Ostermeier d’après l’essai de Didier Eribon que vous pouvez découvrir les 21 et 22 février.

Au sein de réseaux professionnels en région Occitanie tels que le FONDOC (Fonds de soutien à la création contemporaine en Occitanie) et DYNAMO (Acteurs culturels Nord Occitanie), la SNA peut mutualiser, partager et valoriser ses projets et soutiens de création ainsi que ses activités de médiations.

Share